Es-Cargo.qc.ca
Précédente Suivante


La Maison du 21e siècle

Mardi le 3 avril 2006
Les vacances s'achèvent!
J'espère que vous avez passé un hiver aussi agréable que le nôtre? Ce fut vraiment un cas d'hibernation et d'adaptation à notre nouvelle maison. Un rythme s'est installé et bien que l'hiver avec ses journées plus courtes se prête parfaitement au repos bien mérité, nous sommes demeurés plutôt actifs ce qui est d'autant facilité par les grandes fenêtres qui laissent entrer le soleil jusqu'au fond de la pièce au plus creux de l'hiver.
ALain a transporté du bois, débité du bois et fendu du bois, l'a empilé et protégé pour qu'il finisse de sécher puis l'a rentré à l'intérieur pour qu'on aie toujours du bois sec le matin en se levant. À notre grande surprise, la température du plancher et des murs s'est élevé tout au long de la saison froide. Juste le fait de chauffer notre vieux poêle à bois et le petit peu de soleil en début d'hiver a suffi à faire grimper les degrés si bien que le matin il fait autour de 14C par temps froid. Cette semaine avec le temps doux, nous ne chauffons plus qu'en fin d'après-midi pour préparer le souper et conserver la chaleur de la journée qui grimpe facilement à 20C.
Pour ma part, j'ai écrit l'article dont je vous parlais dans ma dernière chronique et il vient tout juste de paraître dans l'édition de printemps de "Maison du 21è siècle". Je me suis aussi remise à faire mon pain au levain chaque semaine. Cette fois, j'ai osé produire mon propre levain à partir uniquement de farine et d'eau. Ce fut un succès total, les levures contenues dans l'air de Chertsey font un excellent pain, très doux et fruité. Pour moi c'est un bonheur de prendre une journée pour nourrir mon levain, pétrir la pâte, surveiller les levées et finalement bourrer le poêle pour ajuster la température et y cuire le pain qui nous met l'eau à la bouche.
On a aussi pris le temps de recevoir la famille et les amis qui ont osé s'aventurer jusque chez nous. Plusieurs ont été rassurés de constater que notre petit nid est bien douillet et qu'on s'y plait vraiment. D'un point de vue technique, nous avons noté quelques améliorations à faire, entre autre la hauteur des cheminées et évents sur le toit qui est insuffisante. Il y a un solin qui n'est pas parfaitement étanche et qu'on va devoir calfeutrer. C'est parce que le plafond de planches n'est pas fait qu'on a pu constater des traces d'humidité sur le papier kraft lorsque la glace a fondu autour du ventilateur de toit. Ça a pris quelques jours à sécher mais dès que tout sera fondu là-haut, on monte arranger ça pour s'éviter de plus gros problèmes plus tard.
Nous avions décidé, lors de l'achat du système photovoltaïque de ne prendre que 4 batteries en sachant qu'on avait environ un an pour voir comment ça se passait et si on avait besoin de plus. Tous les calculs pour décider de la grosseur du système se font avec des standards qui peuvent ne pas convenir à certaines situations et la différence est encore plus flagrante lorsque le système est réduit. Dans notre cas, une autonomie de 3 jours en décembre s'est avérée insuffisante, d'autant plus que dès qu'il faisait soleil, nous rechargions les batteries très rapidement. On a donc constaté qu'avec les 3 panneaux de 110 watts et l'ensoleillement peu fréquent en hiver, on avait avantage à doubler notre banque de batteries. Nous avons maintenant 8 batteries qui nous donnent 700 ampères de 12 volts.
ALain a converti un tas de petits appareils pour qu'ils fonctionnent sur le 12 volts CC, en fait la plupart des appareils qui ont un transformateur peuvent être adaptés. Il a bricolé de belles petites boites de circuits électroniques qui abaissent le voltage à celui de l'appareil qu'on veut utiliser. Ça évite de passer par un onduleur qui transforme le courant continu en courant alternatif puis de le retransformer en courant continu avec le "transfo" de l'appareil. Il faut savoir qu'il y a une perte d'énergie à chaque transformation. On a aussi réglé deux problèmes de bruits. On a d'abord acheté un petit onduleur de 175W pour ne pas avoir à utiliser le 2000W qui fonctionne avec un ventilateur. On n'utilise ce dernier que pour la balayeuse, la perceuse ou le grille-pain.
Le deuxième problème était tout à fait inattendu et on a mis bien du temps à trouver la solution. Entre les panneaux solaires et les batteries, il y a une boite de contrôle qui empêche de surcharger les batteries et il doit aussi y avoir des fusibles ou disjoncteurs à l'entrée et à la sortie de cette boite. Nous avions un panneau électrique, vous savez ce que je veux dire: la boite grise avec les "breakers" (disjoncteurs) dans le sous-sol... mais avec juste 2 disjoncteurs. Non seulement c'est pas très joli mais dès que le contrôleur voyait que les batteries en avaient assez et réduisait l'entrée du courant venant des panneaux solaires, les disjoncteurs se mettaient à produire un bourdonnement aigu très dérangeant.
ALain a remplacé la vilaine boite grise par deux fusibles posés directement sur le fil et contenu dans de beaux écrins transparents; fini le bruit et on gagne plein d'espace. Qui aurait cru qu'on trouverait un jour un avantage à l'industrie des voitures modifiées, car c'est de là que nous provient cette quincaillerie!
Ces jours-ci, on regarde la neige fondre et on creuse des tranchées pour éviter que l'eau pénètre dans la maison. À l'automne, nous n'avions pas le temps de faire du terrassement. En plus, devant la maison, il y a toujours la moitié des poutrelles que nous poserons cet été et qui nous empêche de creuser pour faire la pente d'écoulement de l'eau... Heureusement, la température a coopérer une fois de plus et ça fondait assez lentement jusqu'à mercredi dernier. On a du installer un drain temporaire à l'intérieur et creuser une tranchée dans la glace et le sol gelé du côté est de la maison. Tout s'est bien terminé, il n'y a pas de dommages à la maison ou à nos affaires. Il reste seulement un pied d'épais de neige à fondre. C'est étonnant puisqu'à Montréal, tout est disparu depuis plus de 2 semaines!
Et très bientôt, on déballe la section arrière. On doit organiser un toit temporaire pour dévier la pluie pour qu'elle ne passe pas dans le mur du milieu en attendant de mettre le toit permanent sur la partie arrière. Comme l'an dernier, c'est difficile de prévoir quand on en sera à faire quoi puisque le tout dépend d'un tas de facteurs hors de notre contrôle: la température et le nombre de bénévoles notamment. Mais on devrait pouvoir compléter le remplissage des pneus en juin alors avis à ceux qui veulent s'essayer, n'attendez pas trop avant de passer nous voir! C'est vrai que vous aurez peut-être d'autres occasions si vous ratez celle-ci puisqu'on a fait la connaissance d'un futur auto-constructeur de maison en pneus qui en est à la phase de la demande de changements aux règlements municipaux. Et aussi un couple qui en est à l'achat d'un terrain...et tout ce beau monde est dans Lanaudière. Quelle belle région...

Précédente Suivante