Es-Cargo.qc.ca
Précédente Suivante






Mercredi, le 23 mai 2007
Troisième saison du chantier!
Le retour des beaux jours me donne enfin l'énergie et le courage de me remettre à l'ouvrage et aux chroniques. Nous allons encore une fois déménager nos pénates dans l'abri près de la rivière pour dormir, c'est donc par là que les choses se mettent en branle. C'est un peu comme le grand ménage du printemps: on déplace tout, on ouvre les fenêtres, on range les lainages et on sort le lit dehors!
Lundi nous avons planté 22 arbres donnés par la municipalité dans le cadre d'un projet de reboisement des rives. Des chênes rouges et des pins rouges, 2 essences qui sont quasi absentes de notre forêt et qui vont aider à reboiser certaines zones qui avaient été buchées il y a quelques années. Ces coupes ont laissé de longues trouées où les machines se déplacaient et les grands vents que nous avons eu ce printemps ont fait tomber plusieurs arbres. J'ai d'ailleurs assisté, fin mars, à une avant-midi de formation de l'Association Forestière Lanaudière qui présentait les intervenants et les possibilités d'aide pour l'aménagement de la forêt privée. Nous envisageons de faire préparer un plan d'aménagement pour nous guider dans cette entreprise qui nous tient beaucoup à coeur. Au printemps, lorsque les framboisiers et autres plantes n'ont pas encore caché les nombreuses souches et arbres couchés, c'est démoralisant de voir le spectacle. C'est un fouilli total que je compare parfois à une zone de combat.
De retour sur le chantier, une des premières choses qu'on doit faire, c'est ouvrir le plafond au deuxième pour voir l'étendue des dégâts causés par les problèmes de ventilation de la toiture dont j'ai parlé dans ma précédente chronique. Étant donné que l'air de la maison était aspirée vers l'entretoit et que le taux d'humidité y est beaucoup plus bas qu'à l'intérieur à cause de la différence de température, il s'est formé de la condensation. Il faudra probablement changer une partie de l'isolation aux endroits où la cellulose a été affectée, entre autre sous les turbines qui accumulaient de la glace qui fondait ensuite lors des journées ensoleillées. On pense avoir trouvé comment régler le problème en inversant la circulation de l'air dans la toiture. Nous utiliserons les 2 cheminées des turbines comme entrées d'air et placerons des évents sur la façade de la toiture pour que l'air ressorte ainsi dans la partie la plus haute.
Ensuite viendront l'installation de la plomberie pour la salle de bain, le ciment des trois premières marches de l'escalier et la bordure du bac de plantes. On pourra alors déplacer le système électrique dans la cage d'escalier et fabriquer les marches de bois qui complèteront le tout. Il faut prévoir au travers tout cela une couche de boue sur les murs et le plancher de terre battue du deuxième étage. Évidemment, on vous appellera à la rescousse puisque ce sont les corvées préférées de tous! Et pour ceux qui veulent voir comment on rempli des pneus, il en reste quelques uns à faire sur les ailes extérieures de la maison avant qu'on puisse terminer l'isolation périphérique souterraine et s'attaquer au paysagement.

Précédente Suivante